POLITIQUE & GOUVERNANCE

La question du « vivre ensemble » dans les sociétés pluriethniques

WhatsApp Image 2017-09-25 at 22.31.25 (1)

  Le paradigme central de la politique en Afrique est la question du vivre ensemble. Les pays postcoloniaux sont le legs de territoires fragmentés géographiquement et ethniquement par les puissances européennes à la fin de XIXe siècle pour exploiter les richesses du continent. Résultats des courses, nous avons hérité d’Etats qui ont du mal à devenir des nations (ayant «un passé commun et un avenir à construire ensemble» Ernest Renan).

Une distinction fondamentale s’impose, pour les besoins de compréhension, de marquer la différence entre la nation ethnique et la nation civique. Dans la première acception du concept, chaque pays d’Afrique avant la pénétration coloniale était un vivier d’embryons de nations ethniques. La colonisation en méprisant les équilibres politiques et culturels préexistants a fabriqué des pays Frankensteinien composés d’atomes de nations ethniques incompatibles et irréductibles. Cette patchworkisation des territoires coloniaux les a condamnés à opter pour la forme nation civique, multiculturelle ou pluriethnique de fait, après l’accession à la souveraineté internationale au tournant des années 1960. Un demi-siècle après, le communautarisme ethnique prospère face à l’incapacité des élites politiques à construire une identité nationale englobante.

   L’expérience du multiculturalisme (ou pluri-ethnisme) africain est un bon indicateur pour comprendre ce qui arrive aux vieilles nations occidentales en proie à une crise identitaire subséquente à l’immigration de peuplement et au métissage qui exacerbent parfois le repli identitaire des autochtones-sédentaires (citoyens de longue date) et alimentent la communautarisation des nomades (migrants-citoyens de fraîche date). Le problème peut sembler, selon la perspective, analogue ou inverse. Mais, en Afrique comme en Occident, le défi est de fabriquer un grand ensemble social qui positive les différences et apaise les pulsions centrifuges. D’où l’urgence de tisser des passerelles entre les deux rives de la méditerranée et l’Outre-Atlantique.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :